Bravo

Romain a fini !!!! 

Il fait parti des finishers en 17 heures et 5 minutes (et 11 secondes).

Bravo Romain, toute l'équipe Indiana te félicite.

 


La Greenweez Maxi-Race à Annecy, ça te dit quelque chose ?

Plus qu’un trail, c’est un prétexte au voyage, à l’aventure et à la découverte de soi et de paysages uniques…

La Greenweez Maxi-Race, c’est aussi 750 participants, 89 kilomètres et 4 500 mètres de dénivelé.


Romain, notre directeur à Indiana Café République, y participe.

Grand sportif, Romain fait de la course depuis 2020 et depuis, a participé à la course EcoTrail Paris en 2021 (trail de 45km) ainsi que la Greenweez Maxi-Race en 2021 (trail de 45km).


Pour cette occasion, Indiana Café a décidé de le soutenir, en le sponsorisant !

Et oui, ce n’est pas la première fois que nous entreprenons ce genre d’initiatives. Nous avons déjà soutenu l’Équipe des Jeunes du Stade Français de Rugby pendant une dizaine d’années, ainsi que l’Équipe de Foot à Val d’Europe.

Pour fêter cet événement, Romain a accepté de répondre à quelques questions et de nous en dire un peu plus sur lui…


Peux-tu nous dire pourquoi tu pratiques ce sport ?

J’aime ce sport pour la liberté totale de pratique : j’ai toujours fait des activités au sein de clubs ou d’associations étant étudiant, mais cela impliquait trop de contraintes lors de l’entrée dans la vie professionnelle. Avec la course à pied, je n’ai qu’à prendre ma paire de chaussures et feu ! Peu importe la météo ou le lieu, je n’ai qu’à enclencher le premier mouvement et tout le reste coule de source.

En fait, il y a deux ans, j’ai commencé la course à pied de manière un peu plus sérieuse. L’idée était d’aller chercher les longues distances pour voir ce qui pouvait bien pousser des gens à passer des jours et nuits entières à courir. La réponse ne s’est pas faite attendre pour ma part : ça a été la découverte des sensations de plénitude et de contrôle profond de tout ce que j’étais a ce moment-là, tout en étant à la merci de toutes sortes d’émotions.

Derrière la pratique de ce sport, il y a aussi de la recherche de solitude et de temps pour soi : travailler dans un restaurant, c’est être disponible tout le temps et au service des clients et de son staff. C’est quelque chose de terriblement énergivore, aussi bien physiquement que mentalement. En courant, la seule chose qui compte c’est mon plaisir, ma douleur, ma respiration, ma prochaine foulée.

Qu’est-ce qui te pousse à faire la Greenweez Maxi-Race ?

La Maxi-Race, c’est grâce à mon ami Loïc : il est de la Région d’Annecy et c’est lui qui m’a fait apprécier la course en montagne avec dénivelé. En étant du coin, c’est un peu comme Legolas dans la montagne : lui, il pousse jusqu’à 170 km et ce, deux à trois fois par an…

La course existe sous plusieurs format de distance et de dénivelé à franchir. Je l’ai faite en novembre dernier dans sa version 45km. Après un hiver sans pépin physique (où j’ai pu enchaîner les kilomètres à mon niveau), je me suis décidé à tenter l’expérience de la version 90km. Je lisais partout que c’était trop tôt, ma compagne me disait de plutôt faire un 70 mais la petite voix dans ma tête continuait de me dire d’y aller. J’avais cette sensation de confiance en moi, qui me disait de le faire. Je savais que je ne pouvais pas l’empêcher de parler donc je me suis inscrit et c’était parti !

En plus, Annecy c’est un coin incroyable. Été ou hiver, la ville et ses alentours sont saisissants. Le lac, la montagne… tout est là pour passer du temps dehors au grand air. Alors, avoir la possibilité de faire le tour du lac en partant de nuit et en allant chercher les dernières gouttes d’énergie qu’il y a au fond de soi, c’est comme l’effet magie de Disney…

Ça représente quoi pour toi, qu’Indiana te sponsorise ?

Ça, je dois avouer que c’est quelque chose auquel je n’aurais jamais pensé.

Je travaille chez Indiana depuis maintenant 10 années, c’est une entreprise dans laquelle j’ai évolué en passant par du bon et du moins bon, mais dans laquelle j’ai toujours eu l’impression d’avoir des choses à donner et à apprendre.

Finalement, gérer un restaurant a, pour moi, beaucoup de similitudes avec les courses de longues distances : on peut passer d’un état d’euphorie à une envie d’abandon, et inversement. Ça se fait de façon progressive tout au long de l’activité et c’est par des petits ajustements qu’on termine ce qu’on a démarré.

Le fait qu’Indiana m’accompagne dans ce projet me touche beaucoup.

Un mot pour la fin ?

Le meilleur footing c’est celui après le service : le combo Indiana – footing – douche froide, c’est peut-être dur à imaginer pour les non-pratiquants, mais quel pied après coup !

N’hésitez pas à suivre son avancée en direct juste ici dès 2H50(!) le Samedi 28 Mai.
Vous pourrez l’encourager et le soutenir !